×

Faites le calcul.

Calculez les avantages d’une participation.

×

Votre interlocuteur aujourd’hui:
Rochus Burtscher

Die EnAW kontaktieren (overlay) FR

Il vous suffit de nous passer un coup de fil : +41 32 933 88 55

Sending
burtscher_kontakt

Initiative « Science Based Targets iSBT » (Initiative des objectifs scientifiquement fondés)

L'initiative « Science Based Targets » (iSBT) a été lancée par diverses organisations. Elle prescrit des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces objectifs, appelés « Science Based Targets » (SBT), indiquent le volume de la réduction des émissions de GES, et la vitesse de cette réduction, qu’une entreprise doit atteindre pour que le réchauffement mondial soit limité à moins de 2 °C voire mieux encore, à 1,5 °C, conformément à l’Accord de Paris sur le climat. De nombreuses entreprises suisses s’associent à cette initiative afin de parvenir à une économie qui produise peu d’émissions. Parmi elles, beaucoup participent à l’AEnEC.


Initiative Science Based Targets SBTi

Nous vous accompagnons dans votre participation à l’initiative Science Based Targets (SBTi)

Lancée par diverses organisations, l’initiative Science Based Targets (SBTi) est destinée aux entreprises partout dans le monde. Elle promeut l’engagement volontaire des entreprises à se conformer à l’Accord de Paris sur le climat. Des objectifs scientifiques, appelés « Science Based Targets » (SBT), indiquent la quantité et la vitesse de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) qu’une entreprise doit respecter pour que le réchauffement mondial soit limité à 1,5 °C. Pour que cet objectif mondial puisse être respecté, des plans de réduction des émissions très ambitieux doivent être mis en œuvre rapidement, notamment par les entreprises.

Un grand nombre d’entreprises suisses s’associent à cette initiative, et leur nombre croît rapidement. Parmi elles, beaucoup participent à l’AEnEC. Une procédure simplifiée est proposée aux PME. Pour l’initiative, est considérée comme PME une entreprise de 500 collaborateurs au maximum (filiales incluses).

Les entreprises s’engagent dans cette initiative pour diverses raisons, comme leur propre stratégie de durabilité ou encore les exigences de leur clientèle ou des investisseurs. La croissance est notamment très forte dans l’industrie alimentaire, où les détaillants demandent cet engagement à leurs fournisseurs.

Notre appui

Disposer d’une convention d’objectifs conclue avec l’appui de l’AEnEC représente un atout pour les PME qui souhaitent participer à l’initiative SBTi. En effet, grâce à la convention d’objectifs et au suivi, elles disposent d’ores et déjà d’une partie des données nécessaires. Elles disposent aussi déjà de propositions de mesures de réduction, et d’un système de gestion de leur énergie et de leur CO2. L’AEnEC les accompagne de manière simple pour leur inscription et établit avec elles les données qui doivent faire chaque année l’objet d’un rapport.

Pour des entreprises de plus grande taille, l’AEnEC apporte son appui à l’inscription et à la préparation des données à des degrés adaptés en fonction des besoins.

La charge de travail et les coûts de cet accompagnement sont déterminés par la complexité de l’entreprise.

Qu’implique la participation de votre entreprise à l’initiative SBTi ?

PME Entreprise de plus de 500 collaborateurs
Étapes à suivre pour fixer un objectif climatique avec l’initiative SBTi Lorsque les données relatives aux émissions de votre entreprise sont disponibles et que les décisions méthodologiques sont prises, votre entreprise peut s’inscrire. Après avoir remis sa déclaration d’intention, votre entreprise dispose de deux années pour établir le bilan des émissions GES et pour fixer son objectif. L’objectif est soumis à l’initiative SBTi, qui le valide.
Genre d’objectif Un objectif de réduction standard est fixé (chiffres absolus) L’objectif de réduction est un chiffre absolu ; toutefois, une entreprise qui connaît une croissance rapide peut opter pour un objectif d’intensité. Des objectifs sectoriels sont prévus pour certains secteurs.
L’initiative SBTi perçoit un émolument unique (pour l’inscription et la validation, pas de frais récurrents) 1000 USD à partir de 9500USD
Coûts facturés par l’AEnEC Offre individualisée
Publication Le nom des entreprises participantes figure sur le site de l’Initiative SBTi.
Activités annuelles Chaque année, l’entreprise publie (en général sur son propre site) ses émissions et sa trajectoire par rapport à son objectif. Elle n’est pas tenue de faire parvenir ces résultats à l’initiative SBTi.
Conséquences si l’objectif n’est pas atteint La participation à l’initiative SBTi est volontaire. Si l’objectif n’est pas atteint, il n’en découle pas de conséquence.

Quelles sont les principales différences de méthode entre les objectifs SBTi et les conventions d’objectifs conclues avec l’appui de l’AEnEC ?

  • Préparation des objectifs : les objectifs SBTi sont établis selon une approche « top down » ; les conventions d’objectifs sont établies en fonction du potentiel propre à chaque entreprise (« bottom up »).
  • Périmètre de l’entreprise : l’initiative SBTi repose sur une norme de comptabilisation, le « Greenhouse Gas Protocol » ou protocole GES, qui prescrit le périmètre de l’entreprise. Pour simplifier, l’entreprise doit intégrer ses filiales et ses participations. En revanche, une convention d’objectifs offre plus de souplesse dans la délimitation du périmètre de l’entreprise. Pour une PME, la définition du périmètre aboutit souvent à un même résultat selon les deux approches, alors que pour une entreprise de plus grande taille, les différences peuvent être considérables.
  • Périmètre des émissions : la différence essentielle entre les deux démarches réside dans le fait que l’initiative SBTi inclut les émissions indirectes de processus antérieurs et postérieurs (scopes 2 et 3), tandis que les conventions d’objectifs intègrent les émissions directes de l’entreprise – soit les scopes 1 et 2 –, principalement issues des combustibles fossiles (base légale). Pour les émissions du scope 3, l’AEnEC collabore avec des partenaires spécialisés le cas échéant.

Pour en savoir plus

  • MODÈLE ÉNERGIE

    Le modèle Énergie permet aux entreprises aux processus et structures complexes ou dont les frais annuels d’énergie dépassent 500 000 francs de gérer leur énergie efficacement. Il répond particulièrement bien aux besoins des entreprises qui ont plusieurs sites d’exploitation, situés dans divers emplacements et est indispensable pour obtenir le remboursement du supplément réseau.

    Suite
  • LE MODÈLE PME

    Le modèle PME offre une gestion énergétique aux petites et moyennes entreprises dont les dépenses énergétiques annuelles sont inférieures à un million de francs. Le potentiel d’amélioration de la performance énergétique est déterminé pour chaque participant, puis utilisé grâce à des mesures d’amélioration rentables.

    Suite