×

Faites le calcul.

Calculez les avantages d’une participation.

×

Nous vous répondons dès ce lundi:
Jacqueline Jakob

Die EnAW kontaktieren (overlay) FR

Il vous suffit de nous passer un coup de fil : +41 32 933 88 55

Sending
20181106094644 Jacqueline Jakob Freigestellt

L’efficacité énergétique, un peu de théorie, beaucoup de bon sens

L'AEnEC offre à ses entreprises participantes un accompagnement par son pool de plus de 80 ingénieur(e)s. Le 14e forum romand a mobilisé quelques-uns d'entre eux pour des présentations résolument orientées vers la pratique, avec la volonté de montrer que nombre de mesures d'efficacité énergétique n'appellent pas de gros investissements !

Rija Rakoto, expertise et enthousiasme !

En préambule à son atelier consacré à « trois outils simples pour améliorer l’efficacité énergétique », le conseiller de l’AEnEC Fabrice Marchal a insisté sur ce fait qu’un responsable énergie d’entreprise peut engager de premières actions significatives sans avoir à recourir à un expert, à des équipements coûteux et à des investissements importants. Fabrice Marchal a spécifié trois voies d’action qui peuvent s’inscrire dans un budget raisonnable.

La première, celle du « plan de comptage », vise à répondre à une question de bons sens : « la consommation énergétique de mon entreprise est-elle justifiée ? ». Il s’agit, sans grande surprise, d’identifier et comptabiliser les points de consommation, choisir des indicateurs et des variables ainsi que les appareils simples pour les mesurer, désigner un responsable des mesures et programmer le rythme et la durée de la prise de données – qui peut, dans un deuxième temps, être automatisée. Rien donc qui soit très au-delà de ressources immédiates en technique et personnel !  « Une analyse soigneuse peut permettre des économies d’énergie en moyenne de 5 % et jusqu’à 20 % grâce à la correction des pertes, à de meilleurs réglages et à la réactivité accrue d’un personnel désormais sensibilisé », a résumé Fabrice Marchal.

La seconde voie, celle de la signature énergétique d’un bâtiment, met en relation la consommation d’énergie avec le relevé des températures extérieures en moyenne hebdomadaire afin de lisser les variations. La droite ainsi obtenue, traversant un nuage de points, est une précieuse référence pour juger des dérives de consommation ou des effets d’améliorations apportées aux réglages des équipements ou à l’enveloppe du bâtiment.

La troisième voie enfin passe par la réduction des consommations en dehors des heures de production d’une entreprise. « Deux à trois heures de visite suffisent pour établir une liste des points de consommation et opérer les mesures nécessaires, dont l’analyse permet ensuite d’évaluer des solutions et la faisabilité avec un retour sur investissement de moins deux ans », a expliqué Fabrice Marchal, en se référant à une étude qu’il a conduite sur ce thème dans cinq entreprises, à la demande de l’OFEN. En prolongement, une base de données doit d’ailleurs être bientôt mise à disposition des entreprises pour les aider à comprendre leurs consommations dans les heures hors-production, potentiellement inutiles et dont 80 % trouve une explication aisée.

Dans un second atelier, Rija Rakoto a formalisé à l’aide de très nombreux exemples ce même potentiel d’optimisation énergétique avec un investissement minimum. En soulignant une confusion fréquente : « l’optimisation  ne tient pas exclusivement au remplacement d’équipements par d’autres plus modernes, mais du juste réglage de ce qui est en place ! » Un principe simple de vaste portée, bon à rappeler car souvent négligé, et qu’a également illustré dans un troisième atelier Enrique Zurita, en traitant de la ventilation.

Dans le même temps, Groupe E proposait, guidée par sa porte-parole Iris Mende, une visite du centre de conduite des ouvrages et des réseaux de distribution, installé non loin du lieu du forum, dans un bâtiment inauguré en 2010, « Plexus ». Le centre de conduite contrôle et pilote à distance 8 barrages, 28 vannes de déversement, 11 centrales et 34 groupes de production, ainsi que la distribution via 93 lignes haute tension, 53 postes HT/MT et 90 transformateurs. Tout un réseau à portée de clic, par écrans interposés, de quoi susciter un petit sentiment d’irréalité chez les visiteurs d’un jour…

Biographie

Fabrice Marchal est responsable du Groupe industrie chez Planair SA à La Sagne (NE). Rija Rakoto est Directeur d’Enerplan SA, à Villars-Sainte-Croix s/Lausanne (VD). Enrique Zurita est Directeur administrateur de Weinmann-Energies SA à Echallens (VD). Iris Mende est porte-parole de Groupe E, à Fribourg.