×

Faites le calcul.

Calculez les avantages d’une participation.

×

Votre interlocuteur aujourd’hui:
Carmen Engi

Die EnAW kontaktieren (overlay) FR

Il vous suffit de nous passer un coup de fil : +41 32 933 88 55

Sending
engi_600px

Entretien avec Christoph Juen, CEO, hotelleriesuisse : « L’énergie est un facteur de coûts qui compte. »

Christoph Juen, docteur en économie HSG, est CEO d’hotelleriesuisse, l’association faîtière de l’hôtellerie suisse, depuis 2000. Auparavant, il a été membre de la direction du Vorort (economiesuisse) pendant 12 ans et a travaillé au Département fédéral de l’économie (SECO) pendant quatre ans.

hotelleriesuisse est cosignataire de la Charte du développement durable du tourisme suisse. Quels buts les signataires poursuivent-ils ?

Nos hôtes voyagent en Suisse pour sa nature et pour son paysage qui sont uniques et pour la qualité de son service. Il est donc essentiel pour le tourisme suisse que l’économie et l’environnement aillent de pair et que les ressources soient utilisées dans une perspective de durabilité. En signant la Charte, nous nous engageons pour le développement durable du tourisme suisse, et la stratégie de notre association l’intègre. Nous voulons ancrer cette thématique dans notre branche. Nous apportons donc à nos membres notre appui et un accompagnement pour la mise en œuvre de leurs engagements en faveur du développement durable. Dans la conjoncture actuelle, l’hôtellerie est sensible aux coûts.

 

Quel rôle jouent les coûts énergétiques pour vos membres ?

Des analyses ont montré que la consommation énergétique représente 3 % du chiffre d’affaires des hôtels en moyenne. Si l’on prend en compte les coûts d’entretien et d’exploitation, le chiffre double. La consommation énergétique est donc un facteur de coûts qui compte dans l’hôtellerie. Compte tenu de la tendance à la hausse des taxes sur le CO2, il est d’autant plus utile de disposer d’un système de gestion énergétique performant pour améliorer son efficacité énergétique et réduire ses émissions de CO2. Pour qu’ils introduisent des systèmes de gestion liés au développement durable, il est d’ailleurs important que nous proposions des incitations pour nos membres.

 

Sous la direction de l’hôtelier Gustav Lorenz, le projet « Phare – Les hôtels des Grisons économes en énergie » rassemble 98 hôtels des Grisons qui entendent économiser, d’ici 2020, 68 GWh d’énergie fossile, 26 GWh d’électricité, 18 100 tonnes de CO2 et 22 millions de francs de coûts énergétiques. Un projet modèle pour la branche ?

Ce projet montre comment une coopération ciblée permet de réduire de façon marquée sa consommation d’énergie et donc ses frais d’exploitation. En même temps, l’environnement et la nature sont ménagés, ce dont bénéficient les habitants et nos hôtes, qui voyagent notamment pour les paysages uniques du pays. Dans la conjoncture actuelle, qui pose quelques défis, des projets aussi innovants montrent la voie à notre secteur. Ce projet s’est d’ailleurs vu décerner deux prix : le Prix du tourisme suisse MILESTONE en 2014 et le Watt d’Or, le prix suisse de l’énergie, en 2015.

 

Des projets similaires sont-ils déjà envisagés dans d’autres cantons ?

À ce jour, le projet Phare mené par l’hôtellerie grisonne est le seul de son genre sous cette forme. Mais notre branche est bel et bien active en matière de durabilité. Dans le canton de Berne par exemple, la mise en œuvre de l’article relatif aux grands consommateurs et l’intérêt à être exempté de la taxe sur les émissions de CO2 ont donné naissance au groupe « Hôtellerie Berne », piloté par l’AEnEC. De plus, des groupes « modèles Énergie » de l’AEnEC se forment dans les cantons de Genève, du Valais et de Zurich ainsi qu’en Suisse centrale. Les hôteliers du Tessin ont rejoint le groupe du sud des Grisons. Ces groupes offrent régulièrement aux hôteliers l’occasion d’échanger sur le thème de l’énergie et sur les expériences qu’ils font dans la mise en œuvre de leurs projets de développement durable.

 

hotelleriesuisse et l’AEnEC travaillent ensemble dans le cadre du projet « hotelpower.ch » depuis 2003 déjà. Qu’offre ce projet ?

«hotelpower.ch»est une la plate-forme en ligne consacrée à la performance énergétique qui s’adresse aux hôteliers et aux personnes intéressées par le secteur. Elle permet notamment à un hôtelier de calculer en ligne les potentiels d’économies de son exploitation. Elle lui montre les mesures d’amélioration au moyen desquelles il peut améliorer son efficacité énergétique. Des optimisations simples de l’exploitation réduisent déjà les coûts énergétiques à moindre frais. Un hôtelier y trouve aussi un partenaire avec qui collaborer, qui lui offre l’aide nécessaire pour la mise en œuvre et le renseigne sur les appuis financiers des programmes incitatifs. Pour hotelleriesuisse, il est très précieux de pouvoir compter, pour l’appui à ses membres, sur l’AEnEC, sur son expérience des secteurs économiques et sur son savoir-faire.

 

La convention d’objectifs universelle (COU) de l’AEnEC permet tout à la fois aux hôtels de demander l’exemption de la taxe sur le CO2 et de répondre aux exigences de l’article des cantons sur les grands consommateurs. Un allègement pour vos membres ?

Pour les établissements hôteliers classés parmi les grands consommateurs en raison de leur consommation annuelle d’énergie, c’est un allègement. À travers la COU, ils remplissent les conditions de l’article sur les grands consommateurs. La convention d’objectifs permet aux établissements de demander l’exemption de la taxe sur le CO2. C’est en même temps un moyen de réduire la consommation d’énergie. La COU a donc une double utilité. Pour l’hôtelier, il est important que les mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique aient un caractère économique et qu’il puisse décider lui-même quelles mesures il met en œuvre et quand. De cette manière, les objectifs prévus dans la COU et le paquet de mesures sont adaptés à son établissement. Les établissements qui ne sont pas classés comme grands consommateurs d’après leur taille mais remplissent néanmoins les conditions d’exemption de la taxe sur le CO2 peuvent demander l’exemption sur une base volontaire. Pour maintenir un rapport raisonnable entre l’engagement de ressources et l’utilité retirée, le seuil a été fixé, pour une entreprise, à 100 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par an. Cela correspond à quelque 38 000 litres d’huile de chauffage. Même pour de petits établissements en deçà de ce seuil, il vaut la peine d’avoir une vraie gestion énergétique. Ils ont eux aussi à leur disposition différents partenaires et sources susceptibles de fournir un appui financier. Par exemple, le Programme Bâtiments de la Confédération et des cantons, la Fondation Suisse pour le climat, le programme ProKilowatt de l’Office fédéral de l’énergie ainsi que les aides des villes et des commues.

 

L’AEnEC propose à vos membres des mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique sur la base d’un check-up énergétique. Les hôtels disposent d’une certaine marge de liberté pour la mise en œuvre de ces mesures. Est-ce là une approche prometteuse ?

Cette approche est prometteuse dans tous les cas. L’important en l’occurrence est de rechercher des solutions réalistes qui apportent une plus-value à l’hôtelier, sont supportables économiquement et, de plus, peuvent être mises en œuvre en toute simplicité.

 

La loi sur le CO2 constitue la base légale de la politique climatique de la Confédération. Elle prévoit notamment que d’ici 2020, la Suisse réduise ses émissions de CO2 de 20 %.L’hôtellerie maintient-elle son cap ?

L’application de l’article relatif aux grands consommateurs dans les cantons oblige les exploitations concernées à améliorer leur performance énergétique. L’exemption du paiement de la taxe fédérale sur le CO2 favorise aussi la performance énergétique et représente un avantage économique. Les incitations à l’action sont là et dans le secteur de l’hôtellerie, nous sommes désormais sensibilisés à la thématique du développement durable. Les projets phares comme ceux des hôteliers du canton des Grisons montrent que nous sommes sur la bonne voie. Mais il reste un certain chemin à parcourir.

 

Christoph Juen

Christoph Juen, docteur en économie HSG, est CEO d’hotelleriesuisse, l’association faîtière de l’hôtellerie suisse, depuis 2000. Auparavant, il a été membre de la direction du Vorort (economiesuisse) pendant 12 ans et a travaillé au Département fédéral de l’économie (SECO) pendant quatre ans.