×

Faites le calcul.

Calculez les avantages d’une participation.

×

Nous vous répondons dès ce lundi:
Jacqueline Jakob

Die EnAW kontaktieren (overlay) FR

Il vous suffit de nous passer un coup de fil : +41 32 933 88 55

Sending
20181106094644 Jacqueline Jakob Freigestellt

16e forum romand de l’AEnEC : toute l’énergie d’entreprises et de professionnels dans l’action

L’AEnEC a tenu ce mardi 14 novembre son 16e forum romand à Delémont, dans les salles lumineuses du Centre Saint-François. Cette manifestation annuelle a rassemblé une centaine de participants, représentants d'entreprises, d'administrations et de services, ainsi que des ingénieurs et techniciens qui ont pu une nouvelle fois s’informer et échanger autour de l'efficacité énergétique et de sa mise en œuvre, politique, administrative et pratique. Un forum cette année avec en filigrane le « Big Data »...

L’an dernier, le 15e forum de l’AEnEC s’était déroulé à Neuchâtel dans les beaux murs du Palais DuPeyrou, édifié par un ami fidèle de Jean-Jacques Rousseau, ce chantre d’une nature inspirante, ressourçante. Le 16e forum s’est tenu sous l’égide discrète d’une autre grande figure ayant célébré à sa manière la nature et les créatures, Saint-François. Un bon patronage pour des débats à fond technique et politique dont l’ambition est de contribuer à développer une société avec de meilleures pratiques énergétiques, soucieuse du climat et des grands équilibres naturels.

 

Des questions pour point de départ

Il est revenu à l’industriel Patrick Corbat, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du canton du Jura, d’ouvrir les exposés du Forum. Il y a apporté un point de départ pertinent par ses réflexions sur la stratégie énergétique 2050, sur les voix divergentes dans l’économie en prélude à la votation du 21 mai et sur les inquiétudes qui demeurent dans certaines branches après l’acceptation dans les urnes.

Deux attentes prioritaires ont été soulignées par Patrick Corbat : d’une part que la transition énergétique ne compromette pas la sécurité de l’approvisionnement électrique, et d’autre part que le supplément d’administration lié à l’énergie, l’augmentation du coût de celle-ci et les investissements exigibles pour des mesures d’efficacité demeurent dans des limites raisonnables et ne pénalisent pas la compétitivité des entreprises suisses. Au fil du forum, les interventions très diverses auront toutes, à leur manière, apporté des éléments de réponse, rassurants, à ces points méritant attention.

 

Résultats spectaculaires & engagements

Ainsi, auparavant, le message de bienvenue d’Armin Eberle, directeur de l’AEnEC, avait-il déjà souligné que, sans que l’on ait relevé globalement d’entrave à leur compétitivité, les plus de 3800 entreprises participant à l’AEnEC continuent de faire progresser leur efficacité énergétique de manière spectaculaire. Elles ont ainsi collectivement atteint dès 2016 les objectifs de réduction de leur consommation d’énergie et de leurs émissions de CO2 convenus pour 2020 – ce après avoir obtenu au terme de la période 2001-2012 des résultats doubles de ceux attendus !

Armin Eberle a pu rassurer aussi sur d’autres points : l’AEnEC, en plus de l’accompagnement des entreprises et des partenariats qu’elle noue pour proposer à celles-ci des soutiens financiers, poursuit son engagement pour une meilleure coordination s’agissant de l’administration liée à l’énergie, pour une simplification des procédures ainsi que pour un renforcement du modèle de la convention d’objectifs, avec des remboursements de taxes, incitatifs, étendus à toutes les entreprises. « Les entreprises font leur devoir, il faut éviter d’être unilatéral ».

En écho, comme chaque année le Forum AEnEC a accueilli des représentant(e)s de la Confédération, OFEV et OFEN ensemble, pour présenter, le temps d’un des ateliers de l’après-midi, l’état des réflexions fédérales sur la législation, en particulier sur la loi sur le CO2 dont la révision approche.

 

Du bon usage du Big Data

Dans un exposé limpide, Arnaud Zufferey, professeur à l’Institut d’informatique de gestion de la HES-SO Valais et dont une spécialité, entre autres, est le « Big Data », s’est montré rassurant, avec toutefois un avertissement. La collecte massive de données énergétiques est assurément un outil puissant au service de l’efficacité, désormais à des coûts accessibles à toutes les entreprises. Outil puissant pour autant que l’on détermine, avant de s’équiper, les objectifs que l’on poursuit et, une fois équipé, que l’on sache poser les bonnes questions aux données collectées. «Le Big data, c’est plus que du hardware et du software, plus que de la prise de données, du stockage et des graphiques automatiques, a insisté Arnaud Zufferey. Du Big Data, la partie importante est la partie humaine ! L’innovation ne commence pas avec une idée mais avec une question ». Quoi collecter, où, pourquoi, quelles actions prioriser… C’est un constat : les données réunies sont encore trop souvent sous-exploitées. Mais une bonne préparation, une pratique qui prend le temps de s’évaluer et de s’ajuster ne peuvent qu’améliorer le maniement et l’utilité de l’outil.

Un outil désormais indispensable pour tout candidat à une certification ISO 50001 pour sa gestion de l’énergie, démarche complémentaire de celle avec l’AEnEC que la consultante Anne-Christine Chappot est venue expliquer lors d’un atelier dédié. Et promouvoir aussi, sachant que s’il y a en Allemagne 9000 entreprises certifiées ISO 50001, la Suisse en compte… 75. Dont Merck Serono SA, à Corsier-sur-Vevey, dont le responsable énergie François Vincent a évoqué la certification au cours de ce même atelier.

 

Le Big Data chez une « Big entreprise »

Lors d’un autre atelier, le Big Data a été repris en détaillant un autre exemple de terrain, avec Cédric Charrière, spécialiste Energie & Environnement au sein de la Coopérative MIGROS Neuchâtel – Fribourg. Cédric Charrière a expliqué comment le Big Data contribue au programme du Géant orange « Génération M », dont les objectifs sont, d’ici à 2020, une baisse de 10% de la consommation électrique globale du groupe et de 20% de ses émissions de CO2 par rapport à 2010. « M » aussi comme « masse de données », donc, celles issues des 46 magasins et centres commerciaux de la Coopérative NE – FR plus la centrale de Marin. Cédric Charrière a insisté lui aussi sur l’importance d’une définition claire a priori des objectifs d’une démarche « Big Data » et d’un questionnement réfléchi des données, qui permette de peser l’importance relative des postes et des lieux de consommation afin de déterminer les priorités d’action. « Cette supervision à distance confirme d’ores et déjà dans les bilans que nos objectifs seront atteints, mais qu’il ne faut pas relâcher les efforts », a conclu Cédric Charrière. Les objectifs de Génération « M », et ceux des deux conventions en cours conclues avec l’appui de l’AEnEC.

 

Calculs complexes, conclusion simple et directe

Le Pr Martin Patel – qui préside depuis 2013 à l’Université de Genève les groupes de recherches sur l’efficacité énergétique – a apporté pour sa part avec son intervention un autre exemple d’exploitation de données. Avec ses collaborateurs, il a « pesé » les données techniques et financières de centaines de conventions d’objectifs suivies par l’AEnEC et de projets soutenus par ProKilowatt, avec une attention particulière pour les investissements liés aux moteurs électriques et à la récupération de chaleur. Des formules et graphiques complexes permettent ainsi de situer, comparer la rentabilité des mesures d’efficacité énergétique mises en œuvre au sein des entreprises. Pour poursuivre notre petit inventaire de points rassurants surgis à mesure du Forum, soulignons que cette étude a mis en évidence le rôle important de la convention d’objectifs – par les avantages qu’elle apporte en termes de retour de taxes et de programmes de soutien notamment – pour amener au seuil de rentabilité des mesures qui pourraient sinon être négligées.

 

Croissance et compétivité ensemble !

Rassurant aussi, Denys Kaba, co-directeur de Metalcolor SA à Forel (VD), a témoigné de l’expérience d’une entreprise qui exporte à plus de 90% vers l’Union européenne – des bandes d’aluminium laquées pour diverses applications, à commencer par les stores -, qui a donc subi de plein fouet l’abandon du taux plancher pour l’Euro et n’en poursuit pas moins conjointement sa croissance et son amélioration énergétique, accumulant par ailleurs les certifications ISO : 9001, 14001 (environnement), 18001, 50001 (énergie). « Pour nous, compétitivité et engagement durable ne se contredisent pas, au contraire ! », a insisté Denys Kaba.

 

Se déplacer mieux, des entreprises s’engagent

Dans un registre plus préoccupé, Yves Delacrétaz, professeur de mobilité et transport à la Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD), a animé un atelier sur ce thème, en déplorant la prédominance du trafic automobile, dont une part importante est à fins professionnelles. Des solutions existent, et le Big Data – encore lui -, peut soulager un peu les encombrements routiers. Mais on tiendra le Big Data dans un meilleur usage à calculer pour l’usager les solutions optimales pour un déplacement à partir de « bouquets » de modes de transports proposés à des prix attractifs, comme certaines villes sont en train de l’expérimenter. Au côté du Pr Delacrétaz, Yvan Rey, responsable du service « Sécurité, environnement, santé et social » chez Bobst SA à Mex (VD), a détaillé le plan de mobilité mis en place dans son entreprise. Laquelle, notamment, n’a pas hésité à participer au financement d’une nouvelle ligne des transports publics de la région lausannoise (TL) permettant de desservir son site, entre plusieurs autres mesures. Là encore… rassurantes.

 

Et le clap de fin

Passé le temps des ateliers, le moment moins technique amenant à la conclusion apéritive du Forum a été confié à Natalia Signoroni, directrice de la Fondation internationale du film de l’énergie, Lausanne, qui a proposé une passionnante petite sélection tirée des archives (en ligne, www.fifel.ch) de la Fondation ainsi que trois courts métrages de fiction réalisés par des étudiants de l’Ecole d’Art de Lausanne sur le thème de l’énergie. Projections en prélude à l’annonce d’un projet : un partenariat entre la FIFEL et l’AEnEC va ces prochains mois se concrétiser par une série de courts métrages sur l’énergie dans l’entreprise, réalisés chez six participants AEnEC qui ont donné leur accord, réalisations qui donneront lieu à l’instauration d’un prix. Année-pilote pour ce beau projet…

Et une fois de plus une bonne cuvée pour l’annuel Forum romand de l’AEnEC ! Rendez-vous pour une 17e édition le 22 novembre 2018 à Aigle, dans les beaux bâtiments de l’Union cycliste internationale.

 

CANAL ALPHA : Le big data pourrait aider à réduire sa facture d’énergie

Restez informé.
Suivez-nous!

Pour en savoir plus

  • Le « BIG DATA » au service de l’optimisation énergétique

    Le Big Data est désormais partout, qu’il s’agisse de la recherche sur le climat ou la santé, de la surveillance d’Etat, des traces personnelles que nous laissons sur Internet... Il s’impose aussi comme l’outil puissant d’un meilleur usage de l’énergie.

    Suite
  • Perspectives de la mobilité urbaine, et ce que peuvent les entreprises

    La question de la mobilité préoccupe grandement, avec la prépondérance de la voiture, l’emprise qu’elle impose sur les territoires, les nuisances, l’impact énergétique et climatique qu’elle entraîne. Des spécialistes étudient de meilleures options, et des entreprises passent à la pratique. Deux points de vue réunis en un seul atelier au cours de ce 16e Forum romand de l’AEnEC, avec le Prof. Yves Delacrétaz, HEIG – VD, et Yvan Rey, de BOBST SA à Mex (VD).

    Suite
  • Améliorer de front l’efficacité énergétique d’une entreprise et sa compétitivité

    Quand on dirige une entreprise identifiée comme un grand consommateur d'énergie et donc légalement soumise à des mesures d'efficacité, et que d'autre part on se retrouve confronté au franc fort alors que plus de 90% de sa production va à l'exportation, quelle urgence privilégier ? Aucune, ou plus justement les deux, répond Denys Kaba, co-directeur de Metalcolor à Forel (VD), entreprise dont la croissance est tout aussi régulière que ses progrès énergétiques.

    Suite
  • Forums AEnEC : énergétiquement neutres !

    Cette année, une fois encore, les Forums de l’AEnEC, à Berne côté alémanique et à Delémont côté romand, ont été organisés de manière énergétiquement neutre. Thomas Weisskopf, membre de la direction de l’AEnEC, explique dans cet entretien comment ce principe fonctionne et ce dont il est important de tenir compte.

    Suite
  • Galerie de photographies